Février 2009 – La Provence

Comment lire 36 livres dans une année, parus en nouveauté l’année précédente, en payant un euro pour chaque ouvrage? Il suffit pour cela de s’inscrire dans un des nombreux clubs de la Bibliothèque Orange, essaimés en France et même à l’étranger, sur les cinq continents. Le groupe de Saint-Mitre, fondé en 1979 par Emma Monnot, une alerte savoyarde, fête son trentième anniversaire et ses 24 adhérents ont marqué l’événement par une réunion d’éçhanges culturels. « Si on dresse le bilan de notre • action sur ce tiers de siècle, • déclare avec conviction Emma Monnot, nous avons mis à disposition de nos lecteurs plus de 1000 ouvrages et géré près de 30 000 échanges entre nos adhérents sur cette longue période. L’objectif de notre association, c’est de promouvoir la lecture, les découvertes, la détente et les contacts entre passionnés deromans, récits de voyages, policiers, biographies, ouvrages historiques, d’art, de littérature, de religions, de sciences ou des témoignages. « Une fiche individuelle permet de suivre le parcours de l’ouvrage, d’un lecteur à l’autre, chacun y apportant ses appréciations et sa notation, sur une échelle de 1 au minimum à 5 au maximum. Ces éléments sont ensuite adressés au comité national de lecture à Paris, qui les utilise pour opérer une première sélection de 400 livres parus l’année précédente, tant pour les auteurs de langue française que pour les écrivains étrangers. » Parmi ces ouvrages, seuls 36 sont définitivement retentzs et adressés à chaque club Orange en France et dans le monde. » La Bibliothèque Orange regroupe plus de 15 000 lecteurs sur la planète. Quand les livres de l’année ont fini de circuler entres les mains des lecteurs affiliés à l’ association, ils sont distribués gratuitement aux écoles, hôpitaux, maisons de jeunes, prisons, bibliothèques publiques, maisons de retraite ou associations caritatives. C’est donc une actiondéterminante pour la promotion de la lecture et de l’écrit qui est ainsi lancée chaque année, très complémentaire à celle des bibliothèques traditionnelles, dans un monde où le règne de l’image demeure prédominant.